Work Work Work

Je suis graphiste, pas commerciale

Devons-nous tous être commercial dans notre travail ?

Dans l'ordre normal des choses, enfin ce que l'on nous apprend, c'est que vous proposez vos services à des clients potentiels, jusque-là ok. Ensuite, après avoir fait votre proposition, vous devez séduire votre client potentiel, mettre tout en oeuvre pour qu'il accepte votre proposition.

Après cela, vous devez le relancer, bref, faire votre travail pour décrocher un contrat supplémentaire.

Mais est-ce partout pareil ?

Pourquoi je ne suis pas commerciale

Là où je veux en venir, c'est que je prône une ambiance décontractée. Je veux être choisie pour moi, pour mon travail, parce que les femmes se reconnaissent en mes réalisations.

J'estime que je n'ai pas à convaincre mes clientes à grands coups de phrases commerciales ou d'expressions hyper-techniques. Je préfère parler le même langage, l'important c'est la visualisation du projet et son résultat.

Alors, bien sûr, je relance mes propositions tarifaires, je sais que certains ne le font pas car ils partent du principe que si le client à besoin, il reviendra forcément. Pour le coup ces freelances-là, ne se considèrent absolument comme un commercial.
Mon raisonnement est quelque peut différent, par expérience, je sais que certains ont besoin d'être relancés car ils ont des journées bien chargées et si un petit rappel n'est pas fait, ils oublient et ça passe à la trappe. Donc une collaboration ratée alors qu'il n'y a même pas eu de mise en concurrence avec d'autres professionnels... Avouons que c'est dommage.

Si une personne ne se sent pas prête, je ne vais pas lui forcer la main juste pour obtenir un projet supplémentaire.

Mais un p'tit peu quand même...

Je suis commerciale dans le sens où je vais tout faire pour satisfaire mes clientes. D'ailleurs, je laisse la possibilité pendant 24h après livraison du support, de faire des dernières modifications. Car je sais que c'est souvent après coup, que des derniers détails nous viennent en tête.

J'aime écouter mes clientes et leur proposer ce que j'imagine pour leurs projets. Je propose des supports graphiques, je ne vends pas des tupperwares !
Je préfère proposer une ambiance conviviale et professionnelle, qu'un rapport client-vendeur à proprement dit.

Laurie
Retrouvons-nous sur les réseaux :

10 thoughts on “Je suis graphiste, pas commerciale

  1. Hello,

    le juste milieu n’est parfois pas simple à trouver. Il faut quand même conserver un aspect commerciale au moment de l’écriture du devis par exemple. Les clients ont parfois du mal à évaluer le temps de travail nécessaire à la réalisation.

    1. Ah oui tout à fait ! Moi ce qui me dérange un peu c’est vraiment le comportement commercial à proprement dit, avec une réponse à toutes objections du client, pour finalement en gros lui dire « vous voyez, tout est parfait, vous n’avez pas le choix que de l’acheter. Vous verrez, vous ne le regretterez pas »… C’est le commercial vautour lol

  2. Bravo 🙂
    Moi aussi, je suis comme toi, dans le sens où je ne vais pas harceler les gens qui me font une commande, je pars du principe que si la personne a besoin ou envie, elle me recontactera. En début d’été, une internaute m’a demandé des renseignements, mes tarifs et tout ça, donc je lui ai répondu, et elle m’a dit que c’était un peu serré niveau budget mais qu’elle me recontacterait. Elle ne l’a pas fait, mais je ne lui force pas la main, je suis consciente que ça a un coût et je ne sais pas comment elle vit ni quels sont ses moyens. Ce n’est peut-être pas très avantageux pour moi mais je culpabilise quand je « réclame », j’ai l’impression de harceler lol !

    Sinon, pour le langage technique, déjà je ne maîtrise pas tout alors si c’est pour l’utilsier à mauvais escient et avoir l’air ridicule… puis ça m’apporterait quoi, si la personne en face ne comprend rien ? Je me mets à sa place, si quelqu’un à qui je demande un service payant me parle en langage incompréhensible, je vais voir quelqu’un d’autre, car j’aurais l’impression qu’il cherche à m’embobiner 😉

    1. Oui surtout dans nos métiers, ça reste un coût important pour le client ! HaHa, je suis pareille pour le langage technique, d’autant plus que je suis autodidacte… Mais en y réfléchissant bien et en me mettant à la place du client, en graphisme, je me dis que je n’ai pas besoin d’entendre quelle technique il va utiliser pour arriver au résultat final. Effectivement, je veux entendre quelque chose qui me parle, tant qu’on se comprends et que le résultat est là, c’est le principal. Après, je conçois que certaines personnes ont besoin d’être convaincue par le professionnel avant de passer à l’action.
      Et oui, parfois trop d’éléments techniques peuvent tuer la vente en donnant l’impression que la personne cherche à t’embobiner.

  3. Ayant eu à faire affaire avec des graphistes ou des web designers je comprends tout à fait ce que tu expliques mais je suis plutôt du point de vue de la cliente de ce fait! En tout cas je te souhaite que du bonheur dans ton travail commerciale ou non! 🙂

  4. Coucou, je suis entièrement d’accord avec ton point de vue et je pense que l’on est tout de même obliger de l’être un minimum, je dois dire que je ne peux pas vraiment encore parler par expérience d’ici quelques mois j’espère 🙂 Mais il est vrai qu’il y’en a qui le sont peut-être un peu trop et d’autres pas assez, la clés je pense est de trouver le juste milieu.
    Bisous

    1. Oui un peu, mais pas trop quoi… Effectivement, il faut trouver le juste milieu, il ne faut pas « harceler » les gens, il ne faut pas non plus les laisser tout seul dans leur choix. Je préfère quelqu’un qui va m’expliquer des choses et me conseiller dans mon achat plutôt que de me vanter toutes les bonnes choses que peux faire le produit/service en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *