Développement personnel

Syndrome de l’imposteur

Aujourd'hui, je vous parle d'un sujet qui me tient à cœur : le syndrome de l'imposteur.
J'ai découvert que je "souffrais" de ce syndrome il y a quelques mois. Je mets souffrir entre guillemets, car c'est le terme à employer, mais ça n'est pas non plus une maladie.

J'ai longtemps hésité avant d'en parler. Ce n'est pas si évident que ça, mais je me suis dit que ça ne pouvait pas me faire plus de mal.

Qu'est-ce que le syndrome de l'imposteur ?

Il touche les personnes qui doutent à tel point d'elle-même qu'elles ne peuvent reconnaître leurs compétences et manquent de confiance en soi.

Ces personnes pensent ne pas être à leur place, principalement au travail, mais aussi au quotidien. Bien souvent, elles vont attribuer le succès à d'autres facteurs ou à la chance.

Et le plus dur dans tout ça, c'est qu'elles vont penser duper les autres, de ne pas mériter leur place et même d'avoir le sentiment d'abuser des gens en général.

Tout cela entraîne la peur d'être démasqué.

Comment j'ai découvert le syndrome de l'imposteur

Ça ne fait pas si longtemps que ça, c'est en discutant avec une amie qui m'en a parlé. Je lui expliquais que je n'étais jamais sûr de moi, je lui demandais des conseils sur un service de secrétariat (pour la énième fois, je précise) et elle me dit Tu sais quoi ? Tu souffres du syndrome de l'imposteur.

Alors bon, déjà lire ça, d’emblée ça fait bizarre croyez-moi ! Puis j'ai été voir, j'ai lu quelques articles et là, révélation, c'était totalement moi !

Comment j'ai su que j'étais concerné ?

Après cette petite conversation avec mon amie, j'ai donc été me documenter. De là en ressort une liste de "symptômes". Je vous en évoque certains parmi d'autres :

  • Vous n'attribuez pas vos succès à vous-même => Clairement oui ! Je vais dire Oh c'est le livre machin qui m'a aidé ou J'ai trouvé telle source sur Internet, ou encore le fameux Oh c'est rien, j'ai eu de la chance !
  • Vous avez de la difficulté à accepter les compliments, notamment au sujet de vos compétences et de vos réalisations => Bon soyons honnête ça fait toujours plaisir les compliments, mais dans 98% des cas, je me dis soit Arf, mais non, elle s'est trompée !, soit Elle le pense vraiment !?, soit Elle a dit ça pour me faire plaisir... Bref, la liste est longue.
  • Vous avez peur de ne pas être à la hauteur, même dans des domaines où vous êtes à l'aise et où vous avez eu des succès dans le passé => Carrément oui ! Je peux faire 100 fois la même tâche, mais je vais toujours avoir autant de doute.
  • Vous avez peur de demander de l'aide lorsque vous avez des problèmes (au travail, dans votre vie personnelle) de peur que les autres ne vous jugent pas «à la hauteur» => Pour le coup non, je n'ai jamais hésité à aller demander de l'aide, pour moi c'est plutôt le contraire. Je me dis je préfère demander plutôt qu'on me dise que je ne sais pas et que je ne demande pas d'aide.
  • Lorsque vous avez un succès, vous l'attribuez à un ensemble de raisons extérieures à vous-même => Ce point-là rejoint le premier.
  • Lorsqu'on vous fait une critique constructive, vous avez de la difficulté à l'accepter au point que cela vous tourmentera pendant des heures, voire même des jours… => Pareil, là je n'ai pas du mal à l'accepter (tant que c'est constructif, ça me va), mais il est vrai que je vais le ruminer 100 fois, même si ce n'est pas méchant et je vais avoir le cœur qui s’emballe.

Liste source http://www.nicolassarrasin.com/syndrome-imposteur

Mon cas et les conséquences

Il existe plusieurs degrés différents. Pour ma part, voici où j'en suis :

  • J'ai l'impression de duper les clients à chaque demande. Du genre, J'accepte le travail mais je sais très bien que je ne suis pas à la hauteur. Et puis une fois la mission terminée, je me dis Baah finalement ça roule impec' ! Je savais bien que je pouvais. Et un client satisfait en plus. Mais je me pose toujours des questions du style Combien de temps ils vont mettre à découvrir le problème. Mais y a pas de problème !
  • J'ai toujours peur d'être démasquée dans mon "imposture".
  • Je ressens sans cesse le besoin d'être validée pour pouvoir avancer dans mes projets.
  • Lorsque je travaille sur un projet, pour moi (dans ma tête), si on ne me demande pas de modifications, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche ! Et c'est Star Wars dans ma tête, du genre Elle n'ose pas me dire que ça ne va pas.
  • Étant autodidacte, je me dis que si je peux le faire, les autres aussi, donc pourquoi proposer des services ? Et puis, je n'ai aucune formation, personne ne me fera confiance...
  • Je me demande aussi régulièrement Et si je n'y arrive pas, qu'est-ce que je fais ? Ce qui me pousse parfois à refuser (à tort) des projets.

 

Les conséquences : Évidemment je doute très régulièrement dans mon travail, sur ce point, rien de bien extraordinaire. Mais le problème c'est que ça m'a souvent empêchée d'être efficace. Lorsque j'étais salariée, ça m'arrivais souvent, le problème d'avoir un patron et de souffrir de ce syndrome. Disons, que ce n'est pas très compatible, d'où mon envie d'être indépendante. Depuis, je doute, mais je prends le temps d'être sûr de moi avant de rendre le travail, ce qui m'aide à être efficace et professionnelle.

Après avoir fait cette liste, je me dis que ce n'est vraiment pas glorieux tout ça !

Jusqu'à aujourd'hui, je n'ai jamais eu un seul client pas satisfait.

Comment je m'en sors ?

Pour essayer de me "guérir", je contourne les choses et j'essaie de trouver en permanence une réponse à tous ces "problèmes".

Je n'ai pas fait d'études dans le graphisme, je ne suis donc pas légitime ? Non non, pour moi ce n'est pas le niveau d'études qui compte, mais le savoir-faire et le book de la personne.

Si je n'y arrive pas ? Tant pis, je suis humaine, pas un robot !

L'impression de duper ? Je me fais violence, je dois accepter les missions sans douter, je trouverais bien une solution (alors qu'au fond, je sais très bien que je sais faire !).

Bon je ne vous cache pas que ça marche à tous les coups hein !

Dites-moi que je ne suis pas la seule !

Laurie
Retrouvons-nous sur les réseaux :

24 thoughts on “Syndrome de l’imposteur

    1. Oui c’est assez surprenant la première fois que tu mets un nom sur ce mal-être ! La première fois que je l’ai vu j’étais sur le cul lol Je m’y suis retrouvée à 2000%. Et une fois que tu le sais, ça permet d’avancer un peu je trouve.

  1. Je comprends tout à fait ton ressenti ! Je n’avais jamais entendu ce terme auparavant, mais comme toi il y’a toujours un autre facteur lors de mes réussites. Sans compter ma peur de l’échec. C’est parfois très difficile d’avoir sans cesse besoin de soutien, et d’être autant touchée par des remarques. Très bel article en tout cas, écrit avec le coeur. Je te souhaite que des bonnes choses ! 🙂

  2. Je découvre à travers toi ce symptôme qui au final ne m’étonne guère, je pense qu’on a tous quelqu’un qui doute et parfois même nous sans pour autant avoir tout les symptômes si je puis dire.
    En tout cas c’est déjà bien d’avoir mis le doigt dessus. Bon courage pour le travail que tu as entrepris.

  3. Effectivement, ça peut être handicapant pour te construire. Le premier pas est de savoir ce que l’on a et tu essaye aujourd’hui de « guérir », je pense que ton blog doit t’aider, bon courage à toi bisous 🙂

  4. Ton article fait réfléchir (je crois que je dois avoir des tendances aussi vis à vis de ce symptôme). En tout cas je viens de découvrir ton blog et je trouve ton travail superbe et très inspirant ! 🙂
    Je te souhaite de guérir ou du moins de passer au dessus de plus en plus souvent (je dis ça mais bon j »ai conscience que ce n’est pas si simple…) 🙂

    1. HaHa non comme je dis souvent : c’est plus facile à dire qu’à faire 😄. Merci pour le compliment. Et j’espère que ce syndrome n’est pas trop prononcé pour toi.

  5. Justement, je réfléchissais à ça l’autre jour, je ne savais pas qu’il y avait un nom mais, régulièrement, je me sens illégitime. Et c’est trop bête ! Je manque tellement de confiance en moi que ça en devient malheureux, j’ai toujours peur de ne pas être à la hauteur, je me mets une pression pour rien, j’ai peur de décevoir mes clients (je suis photographe équestre) alors que la seule barrière c’est notre manque de confiance. Je suis autodidacte aussi et je me dis que j’ai encore tellement à apprendre mais que j’ai déjà beaucoup appris de moi-même. Notre force, c’est d’être passionnés par ce qu’on fait mais on se dit que ce n’est peut-être pas suffisant ? Merci pour ton article, je vais le relayer car ça me parle vraiment, surtout en ce moment 🙂

    1. Moi aussi j’ignorais totalement que ça avait un nom, je ne m’étais jamais posé la question. Et visiblement tu es comme moi, tu ressens les mêmes choses, c’est rongeant comme situation. Et oui la seule barrière c’est le manque de confiance en soi, car je ne l’ai pas mis dans l’article mais les personnes le plus souvent touchées par ce syndrome sont généralement des personnes douées, intelligentes, performantes et compétente. Comme quoi…

  6. Putain mais parfois c’est trop moi !!!! Genre quand je propose mes illustrations, j’ai l’impression que comme j’ai pas fait une grande école comme Diglee etc. et comme j’ai jamais été éditée, j’ai moins de légitimité, du coup j’ose pas proposer des tarifs trop élevés (non mais limite c’est du foutage de gueule mes tarifs, même une personne pour qui j’ai fait un logo m’a dit que j’étais pas assez chère mdrrrrr si même les gens qui me payent me le disent… :D) (j’ose même pas dire « mes clients »)

    Sinon pour d’autres trucs ça va, mais à une époque j’étais comme ça sur tout !!! Même à la fac, j’avais l’impression de pas avoir ma place alors que je passais à chaque fois sans aller aux rattrapages (c’était juste, mais ça passait ^^), parce que j’étais TRÈS mauvaise dans certaines UV et TRÈS bonne dans d’autres.

    1. Ah oui effectivement si ce sont les clients eux-mêmes qui te disent que tu n’es pas assez cher… Et ça le sentiment de ne pas être légitime car tu n’as pas fait une école en rapport, mon Dieu que ça me ronge !!

  7. Je viens de découvrir une maladie et c’est impressionnant. Je suppose que tu ne fais pas de sport. Tu peux penser que ca n’a rien à voir avec ton sujet mais pour gagner en confiance c’est un puissant activateur et ce peu importe le sport.
    Moi je n’avais pas trop confiance en moi. Je m’y suis mise un peu au hasard et j’ai vu énormément de changements.

    1. C’est qq chose d’assez rongeant d’autant plus que je suis assez timide et pas très sociable mdr ça fait un sacré cocktail tout ça !! Je ne fais pas de sport car grosse flemmarde, mais depuis 2 semaines je marche plusieurs matins par semaine pour retrouver une forme physique, ça fait du bien.

  8. Cette article me fait beaucoup penser à mon texte « (im)posture ». Je te comprends tout à fait et je me retrouve entièrement dans ce que tu dis. Au début je m’étais créée un alter-ego (Nearthelake) pour me rassurer …
    C’est vraiment une position très difficile 😰…

    J’espère que tu arriveras à « guérir » entièrement de ce syndrome,

    Des bisous 💗, Juliette

    1. Ah je vais aller voir ton article alors ! C’est intéressant comme position de créer un alter-ego, je ne sais si ça t’as aider.
      Et oui, j’espère un jour m’en débarrasser !!

      1. Personnellement, ça m’a aidé à accepter plus facilement les compliments, retours etc… mais dès que j’avais des remarques constructives (et non méchante), mon Moi (Juliette) refaisais surface et je me focalisais dessus toute la journée. Maintenant j’essaye de prendre du recul, et d’accepter avec plus facilement les remarques parce que dans fond elles sont là pour m’aider à m’améliorer, tu me diras ce que tu penses de mon petit texte 😊

        Bisous

        1. Alors mon interprétation du texte (en fin de compte, chacun a sa propre interprétation) : le manque de confiance en soi est mis en avant. Tu as des talents, mais en fin de compte, tu ne le reconnais pas (et/ou ne veux pas) , tu y vois-là une autre personne que toi. Ça reflète bien le syndrome de l’imposteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *